MAXIMILIEN LUCE (1858-1941)

MAXIMILIEN LUCE (1858-1941)
MAXIMILIEN LUCE (1858-1941)
MAXIMILIEN LUCE (1858-1941)
MAXIMILIEN LUCE (1858-1941)


Biographie

Avant tout graveur, c'est en 1876, après avoir découvert le pointillisme de Georges Seurat, que Maximilien Luce débute sa carrière de peintre. Fasciné par la peinture en tons rapprochés, il se lance dans une grande production et expose pour la première fois au salon des indépendants en 1897, au cours duquel ses oeuvres sont remarquées par Camille Pissarro. Il se lie d'amitié avec Signac et Seurat et entre officiellement dans le cercle des néo-impressionnistes. Issu des milieux ouvriers du Montparnasse, Maximilien Luce est fortement marqué par les évènements de La Commune et affirme son engagement politique. Opposé au gouvernement de Sadi Carnot, il dépeint avec force les milieux carcéraux à travers de nombreuses illustrations, qui seront tirées par centaines d'exemplaires. En 1934, il est nommé président du salon des artistes indépendants mais il démissionne un an plus tard, affirmant de fait son opposition au gouvernement de Vichy. Tout au long de sa vie, Maximilien Luce reste un anarchiste actif et son oeuvre est fortement influencée par ses origines modestes. Il puise son inspiration dans les paysages du sud de la Belgique, notamment le bassin houiller de Charleroi, dont les couleurs furent révélées par la révolution industrielle. L'exposition au XX à Bruxelles, en 1889, aux côtés de maîtres comme Gauguin, Cross, Pissarro, Monet et Seurat, marque le début du succès pour Maximilien Luce, qui, une fois revenu à Paris, réalise de nombreuses toiles de la capitale, parmi lesquelles sa célèbre «Une rue de Paris en 71».





← Liste des artistes