AUGUSTE CHABAUD (1882-1955)

AUGUSTE CHABAUD (1882-1955)


Biographie

L'artiste peintre et sculpteur français Auguste Chabaud naît le 3 octobre 1882 à Nîmes. Il décède le 23 mai 1955 à Graveson.

Elève de Pierre Grivolas à l'Ecole des Beaux Arts d'Avignon, Auguste Chaubaud, suivant les conseils de son professeur, s'exile à Paris en 1899. Là, il s'inscrit à l'atelier de Fernand Cormon et fréquente les académies Jullian et Carrière. A Paris, il côtoie également Matisse, Puy et Derain.

En 1901, Auguste Chabaud doit quitter Paris pour gagner sa vie. Il s'engage alors dans la marine marchande comme pilotier. Il effectue son service militaire en Tunisie de 1903 à 1906. De cette période, on retiendra les nombreux dessins de militaires, d'indigènes et de scènes de bar peuplés de filles et de marins.

De retour à Paris en 1907, Chabaud expose au Salon des Indépendants et au Salon d'Automne, aux côtés des principaux protagonistes du fauvisme. La véhémence de la touche, un certain sentiment de l'inachevé (se traduisant chez lui par une grande simplification du dessin), l'emploi des couleurs pures, sont autant de caractéristiques qu'il partage avec les artistes fauves. A Montmartre, où il a son atelier, Chabaud peint les rues animées et les places désertes, dans une écriture rapide, synthétique, proche parfois de la caricature. Ses toiles de la période fauve décrivent parfaitement la vie nocturne parisienne : cabarets, cafés théâtre, prostituées, aux teintes de couleurs vives (jaune, rouge) contrastant avec les couleurs de la nuit (bleu marine, noir).

Juxtaposant les couleurs crues, cernant les formes d'un trait noir épais, Auguste Chabaud saisit frontalement les figures ou découpe brutalement leur profil, décrit la solitude des hommes dans le monde moderne.

En 1913, Chabaud expose à New York aux côtés de Matisse, Derain, Vlaminck et Picasso.

A son retour de la guerre, en 1919, Auguste Chabaud s'installe définitivement à Graveson, au beau milieu des Alpilles. Il y reste jusqu'à la fin de sa vie, reclu dans sa maison avec sa femme et ses sept enfants. Comme l'avait fait Cézanne avec la Sainte Victoire, Chabaud immortalise "la montagnette", peignant des scènes de campagne, des paysans arpentant les collines et sentiers des Alpilles. Dépourvue de tout folklore, la Provence de Chabaud est monumentale, brûlée sous la lumière implacable du soleil. Le paysage, résolu en formes simples, est construit à partir de quelques éléments emblématiques, dans un chromatisme réduit, dominé progressivement par un bleu de Prusse éclatant.

Fier de ses racines, Chabaud revendiquera toujours un art instinctif et une position marginale dans le champ artistique. On peut voir certaines de ses oeuvres au musée Cantini de Marseille, au musée d'Art Moderne de Paris, au musée du Petit Palais à Genève.





← Liste des artistes